Charles Klein

De retour en France, installé à Paris dans le quartier latin, il fera partie d’un groupe de peintres à l’atelier de la Verrière. Charles fera deux fois le prestigieux Salon d’Automne au Grand Palais à Paris. En 1974, il participera à la Biennale de la jeune peinture et obtiendra le prix de la meilleure critique décerné par le Louvre et le Figaro.

Son art est désormais en quête de pureté, une recherche de l’essentiel. Sa démarche est philosophique, empreinte de poésie, de rêverie et de contemplation.
Souvent par diptyque ou triptyque, les toiles de Charles Klein, aux fonds très blancs, très purs, se racontent.

mi, quis, venenatis, ipsum lectus adipiscing nec accumsan eleifend suscipit consectetur